Ville de Marsannay-la-Côte

Site officiel de la Ville de Marsannay-la-Côte


Le Forum Agenda 21

Marsannay-la-Côte lance officiellement son Agenda 21 

La démarche Agenda 21 a officiellement été lancée et présentée aux habitants lors du forum du 13 octobre à la Maison de Marsannay.

Le public était invité dans une première partie à visiter les stands de différents partenaires : Bourgogne Energie Renouvelable, l’association Sage (surveillance des abeilles gardiennes de l'environnement), l’association Agir pour Marsannay et Jardins et Vergers de Marsannay-la-côte. L’occasion pour les participants de rencontrer des acteurs locaux du développement durable, présents sur la commune ou sur Dijon.

Un atelier d’expression, baptisé « faites le mur ! », permettait à chacun de dire et d’écrire son sentiment sur la commune au travers de sujets divers. Enfants et parents s’en sont donnés à cœur joie. Les séniors présents ont eux aussi pu réagir face à ce mur et témoigner via les post-its.

Mr Verpillot, Maire de Marsannay-la-côte et Mme Piombino, conseillère en charge du développement durable et de l’Agenda 21 ont présenté la deuxième partie du forum pendant laquelle Raphaël Gauthier du cabinet Argos, bureau d’étude chargé d’accompagner la commune dans la démarche Agenda21, a exposé le processus et le programme proposé sur une année.

Moment fort de la soirée, la table ronde a permis de présenter des acteurs du développement durable. Mme Jenny directrice du magasin Cora, Mme Decard, directrice de l’école maternelle Colnet, Mme Lecornue, participante du défi familles énergie positive, Mlle Roig-Pons, collégienne ayant participé aux repas intergénérationnels pendant 8 ans, Mr Pataille, viticulteur Bio, Mr Leblond de l’association Sage et Mr Seby, représentant l’Esat Acodège.

Chacun a présenté ses actions en matière de développement durable. Au travers de leurs métiers différents, de la diversité des intervenants, les questions soulevées, et l’implication de tous ont permis au public de mieux comprendre les différentes facettes du Développement Durable.

Tous ont pu se livrer sur leurs espérances.

La mobilisation de cette soirée, laisse augurer un investissement croissant pour les prochains grands rendez-vous : les ateliers citoyens.

Ceux-ci débuteront le jeudi 12 novembre à partir de 18h30 au centre social Bachelard.

Venez nombreux !

   

Entendu pendant le forum :

 

Mme Decard, directrice de l’école maternelle Colnet a témoigné sur le projet « jardin d’école » en partenariat avec l’association Jardins et vergers qu’elle a tenu à remercier. Ce projet c’est pour les enfants « une activité pour de vrai ! ». C’est l’occasion de se voir différemment : « On n’a plus les mêmes relations quand on a les bottes dans la boue et les mains dans la terre ».

La récolte est importante. Tomates, pommes de terre « les enfants, après les avoir eux-mêmes ramassés, savent qu’elles poussent dans la terre ». A l’occasion de la semaine bleue « nous allons acceuillir des personnes âgées pour leurs faire goûter notre récolte ».

Ce projet c’est aussi et surtout répondre à une question : « quels enfants on laisse à notre planète ? »

  

Mr Pataille, viticulteur Bio depuis 10 ans, rappelle « qu’il n’est pas une exception à Marsannay. C’est une des communes où il y a le plus de viticulteurs certifiés bio ». Il ajoute : « 60% de surface de vignes de Marsannay est en bio ».

Il insiste sur l’importance et la richesse des liens entre viticulteurs, « on échange beaucoup entre nous, le challenge du bio est une compétition positive. Nous partageons nos compétences. Il y a de l’émulation dans la nouvelle génération de viticulteurs pataras ».

A la question : pourquoi faire du bio ? Il répond : « le bio est une évidence. Cela correspond à donner plus d’âme à ce que l’on fait, plus de complexité. C’est prendre des risques ». Et pour ceux qui s’interrogent sur le « bio argument de vente », il tranche : « bio ou pas bio, je l’impose à mes consommateurs ».

  

Julie Roig-Pons, collégienne est venue parler des repas intergénérationnels du mercredi et de sa rencontre avec Simone. «J’allais au centre tous les mercredis, j’y ai rencontré Simone. Elle était toute seule dans son coin, je me suis assise à sa table ». Le dialogue s’est très vite installé : « on est nées le même jour ! ».

Pour illustrer leurs échanges, Julie raconte « elle m’apprend des choses, ce qu’on faisait avant. On se faisait des petits cadeaux. Un jour elle a tricoté une écharpe pour moi et mon frère. ». A la question posée sur ce qu’elle apporte à Simone, Julie a répondu : « je lui apporte le bonheur », et a ajouté : « plus de rencontres ce serait mieux ! »

 

Mme Jenny, directrice de Cora, est présente à ce forum de lancement car « c’est le rôle des grandes enseignes d’accompagner les personnes dans cadre de cette démarche Développement Durable. Ce type de démarche est l’occasion de laisser s’exprimer les acteurs locaux. Cora  intervient en support des écoles, des actions sportives et des actions culturelles . Il est indéniable que les démarches de type Agenda 21 sont basées sur l’éducation, les enfants ont un grand rôle à jouer. Les comportements positifs vont découler de ces actions ».

Le magasin, qui compte 250 emplois, a beaucoup de partenaires locaux. Des actions sont déjà menées au sein de l’entreprise : « on trie les déchets, nous avons aussi développé la vente de produits avec une DLC courte dans nos rayons. On distribue le reste des produits consommables à un zoo de la région. Les associations types Restos du Cœur sont elles aussi associées ».

Elle ajoute que « depuis plusieurs années, l’offre en termes de produits bio a augmenté pour répondre aux demandes des client ».

A la question posée sur les produits désherbants  présent à Cora, et sur la possibilité de l’enlever des rayons, Mme Jenny répond : « Je développe le bio sans m’interdire de répondre aux demandes de ceux qui veulent des produits phytosanitaires. La bonne conscience ne se donne pas, il faut laisser le libre arbitre à chacun. Chacun est adulte, je propose tous les produits aux clients pour qu’ils puissent faire leur choix ».

 

Mme Lecornué participe depuis octobre 2014 au défi familles à énergie positive. L’objectif est d’atteindre collectivement une réduction de 8% des consommations énergétiques. « Nous avons réalisé plus de 10% d’économies d’énergie dans notre groupe par des gestes quotidiens. Nous avons fait attention sur nos consommations de chauffage, d’eau et d’électricité. J’ai même été jusqu’à isoler mes canalisations de chauffage ».

Ce jeu est à destination de tous adultes mais aussi les enfants, « quand on a appris aux tout-petits de faire ces gestes, ça devient intuitif ».

Pour la suite du jeu, qui reprend début novembre, « je souhaiterais plus d’astuces pour faire des économies et créer une plus grande dynamique pour progresser ».

 

Mr Leblond, de l’association Sage (sauvegarde des abeilles gardiennes de l’environnement) présente ainsi l’objectif de Sage : « ramener les insectes vers les citadins. Implanter des ruches c’est une manière de regarder autrement la nature. C’est aussi créer du lien social : je pense notamment à la ruche que l’on a  implantée au Centre Social ». Les abeilles sont aussi de bonnes indicatrices sur la pollution : « on analyse la composition du miel pour mieux comprendre les origines de la pollution ».

Alors « pourquoi abimer ces insectes ? Les abeilles de Marsannay sont somptueuses !

  

Mr SEBY, responsable à l’ESAT Acodège est venu témoigner du rôle de la structure dont « la mission concerne le médico-social et l’intégration du handicap avec pour vocation d’intégrer socialement l’outil de travail des personnes handicapées ». « Il s’agit pour nous de mêler le handicap à la personne dite normaleNous avons un positionnement stratégique : nous sommes une plateforme de distribution des composteurs pour le compte du Grand Dijon ».

 « Notre entreprise a un projet phare, celui de répondre à cette volonté d’acte citoyen que les entreprises recherchent en matière de responsabilité sociétale des entreprises. Nous réalisons du recyclage des déchets pour nos clients, nous favorisons le réemploi dès la conception et ce, sur le territoire français ».

Et de conclure en disant : « Ces démarches d’agenda 21 montrent l’essor de la pensée dans un mouvement collectif, c’est de bon augure pour demain ».

 

La présentation faites par Raphaël Gauthier du cabinet Argos.

 

La vidéo de présentation de la démarche Agenda 21.

 

Quelques photos de la soirée :